séparation

Retour vers l'accueil du site


****
Voici pour les impatients quelques extraits de la première partie du recueil
intitulée "Abysses"
Je vous souhaite à tous une bonne lecture.

****

Il est un désert

Il est un désert
Peuplé de songes amers,
Inaudibles prières
Qui indéfiniment errent.

Il est un désert
Aux dunes solitaires
Parcourues de sillons éphémères,
Ondulantes comme la mer.

Il y a ce désert
Qui comble de ses colères
Cet immense gouffre offert
A l'implacable lumière.

Il y a ce désert
Balayé de vents contraires,
Où de guerre en guerre
Je croise le fer.

Je vis ce désert
A l'exotisme imaginaire,
Sans fin et sans frontière
Et qui pourtant m'enserre.

Je suis ce désert,
Note singulière
Aride et austère,
Parmis ceux qui espèrent.

***


Lettre de Camille à Auguste


Toi qui m'écrivais jadis:
"Ma très bonne,
A deux genoux
Devant ton beau corps
Que j'étreins..."
Aujourd'hui,
Te voilà debout
Fuyant comme un fou,
Détournant la tête
Pour ne pas me voir
Devant toi à genou,
Te dérobant à ma main,
A mon regard désespéré,
Le visage serré,
Vieux lâche que tu es !
Toi à qui j'ai donné
Mes plus belles années,
Tu ne m'aimais assez
Que pour faire de moi ta muse,
Et ton amante ;
Je te laisse t'en aller,
Je la laisse t'emporter,
Et mon âme désormais
Sera comme amputée,
Et mon coeur déchiré
De ne cesser de t'aimer.
Oui, tu m'aimes,
Mais sûrement pas assez,
Mon Auguste,
Mon bien aimé,
Et tu ne peux t'imaginer
L'indicible douleur
Qui s'empare de mon coeur,
Et que rien, jamais,
Ne saura apaiser.
Ma raison,
A jamais ébranlée,
N'aura de cesse
De crier ton nom.
Quelque chose se brise,
Me pousse à la folie.
Modèle vivant
De notre Porte de l'Enfer
Que j'incarne désormais...
Je m'en irai tourmentée,
A jamais annéantie...


Texte inspiré de "l'âge mûr" sculpté par Camille Claudel

****





séparation